Les Maux Camés

21 juillet 2018

Pas l’pied !

 

 

 

Il était

Une jambe

Amoureuse…

 

…D’un pied !

 

Elle le cocoonait

Lui mijotait

Ses plats préférés : des œufs…

 

…Mi- mollets !

 

Et puis aussi

Si on remonte

Plus haut…

 

…Des cuisses de grenouille !

 

Rien de plus normal

Direz-vous

Ils sont…

 

…Si liés !

 

Mais quel boulot

Pour la cheville

Ouvrière…

 

…Qui se syndiqua !

 

Mais elle fut

Sur les genoux

Quand la jambe invoqua…

 

…Son droit de cuissage !

 

Alors épuisée

La cheville

Prit…

 

…Sa jambe à son cou !

 

On vit alors

La jambe

Perdre…

 

…Pied !

 

Dominique Montalieu

« détourneur de mots »

Inédit 07.2018

Posté par Jeff labrit à 19:19 - Commentaires [0] - Permalien [#]


20 juin 2018

Le dindon de Gwendoline

 

 

Il était une fois Gwendoline

Et son ami un élégant dindon

 

Ding dong ding dong

 

Celui-ci aimait la mandoline

Faut dire qu’il avait un don

 

Ding dong ding dong

 

Mais problème ce vendredi

Pour l’ami dindon…

 

Ding dong ding dong

 

Dans son smoking le dandy

Dodeline : la faute à l’amidon ?

 

Ding dong ding dong

 

Et v’là le dindon qui se dandine

Gwendoline Gwendoline

 

Ding dong ding dong

 

Un dandy qui se dandine

Un dindon qui dodeline

 

Ding dong ding dong

 

C’est la faute à Gwendoline

Gourgandine gourgandine

 

Ding dong ding dong

 

Là-haut sur la colline

Le dindon pourtant dine

 

Ding dong ding dong

 

Il dine mais glougloute

Et Gwendoline a un doute

 

Ding dong ding dong

 

N’aurait-elle pas si pressée

Sa chemise trop empesée ?

 

Ding dong ding dong

 

Et v’là le dindon qui tousse

Et tout autour tous toussent

 

Ding dong ding dong

 

Pauvre dindon c’est redondant

Tousser autant dehors que dedans

 

Ding dong ding dong

 

Une idée vient enfin à Gwendoline :

Un p’tit coup de ventoline…

 

Ding dong ding dong

 

Et là-haut sur la colline

Le dindon fit enfin entendre

Sa mandoline…

 

Au bonheur de Gwendoline

 

Ding dong ding dong.

 

 

Dominique Montalieu

« détourneur de mots »

Inédit 06.2018

Posté par Jeff labrit à 09:45 - Commentaires [0] - Permalien [#]

09 juin 2018

Elle avait fondu…

 

 

 

Toute la journée

Il l’avait rêvée

Avait tambouriné

N’y était pas arrivé…

 

…Elle se refusait

N’était pas prête

Ses non fusaient…

Point besoin d’interprète !

 

Vint alors la soirée

Il fit alors le siège

De sa belle espérée

Qui vaincue lui dit : « j’m’désagrège ! »

 

Il dut alors quitter la place

Pleurant son amour perdu :

Il n’aurait pas sa glace…

Elle avait fondu !

 

Dominique Montalieu

« détourneur de mots »

Inédit 06.2018

Posté par Jeff labrit à 11:40 - Commentaires [0] - Permalien [#]

08 juin 2018

Jour de vote au pays des pies

 

 

La jeune pie

Aurait bien voulu

Donner de la voix…

 

…Mais elle virevoltait

Un coup à droite

Un coup à gauche…

 

…Mais virevolter

Ce n’est pas

Vraiment voter !

 

A force de virevolter

La jeune pie

Avait la tête

Qui lui tournait :

 

Effet du génépi ?

 

Elle virevoltait

Un coup à gauche

Un coup à droite…

 

…Puis soudain pivotant

Sur son nid

Elle s’agrippa :

 

Par dépit ?

 

Sa tête

Lui tournait toujours

Mais elle donna

Enfin…

 

…De la voix !

 

C’est quand même

Pas compliqué

De devenir…

 

…Pie votante !

 

Dominique Montalieu

« détourneur de mots »

Inédit 05.2018

Posté par Jeff labrit à 16:11 - Commentaires [0] - Permalien [#]

07 juin 2018

Bon sang !

 

 

Il était

Alfa

Elle était

Bêta !

 

Il était

Roméo

Elle était

Juliette.

 

Il avait

Les voitures

Italiennes

Dans le sang…

 

Elle n’aimait

Pas les voitures

C’était plutôt

Béta…

 

...Voire…

…Bloquant !

 

Dominique Montalieu

« détourneur de mots »

Inédit 06.2018

Posté par Jeff labrit à 15:32 - Commentaires [0] - Permalien [#]


14 mai 2018

Je pisse…

 

 

Je pisse

Effet du demi…

 

Je pisse

Je pissotière

 

Je pisse :

Encart… (dans le journal !?)

 

Peut-être pisserai-je

-Un jour…-

Tout entier ?

 

En bière !

 

Avec encart…dans le journal…

 

Dominique Montalieu

« détourneur de mots »

Inédit 05.2018

Posté par Jeff labrit à 21:56 - Commentaires [0] - Permalien [#]

Mamert et les autres…

 

 

Les saints…

Les saints de glace :

 

Ils sont passés

Sacré Mamert !

 

Vite vite…

 

Rouvre ton corsage !

 

Tes seins

Tes seins dans la glace :

 

Ils sont loin d’être passés

Sacré Mamert !

 

Vite vite…

 

Que je me mire

Dans tes tétons…

 

Entêtant !

 

Sacré Mamert…

 

 

 

Dominique Montalieu

« détourneur de mots »

Inédit 05.2018

Posté par Jeff labrit à 21:24 - Commentaires [0] - Permalien [#]

Bigoudi bigouda…(pour enfants ou...plus grands!)

 

 

 

Une nuit…

Dans un salon de coiffure

 

Bigoudi

Bigouda

 

L’une rasée

Et l’autre pas

 

Bigoudi

Bigouda

 

L’une chauve

Et l’autre pas

 

Bigoudi

Bigouda

 

L’une souris

Et l’autre pas

 

Bigoudi

Bigouda

 

Une nuit…

Dans un salon de coiffure

 

Bigoudi

Bigouda

 

Chauve-souris

Et chat hirsute !

 

Dominique Montalieu

« détourneur de mots »

Inédit 05.2018

 

Posté par Jeff labrit à 10:05 - Commentaires [0] - Permalien [#]

08 mai 2018

Des six …

 

 

 

Des six chaque mois

Des six chaque toi…

 

Des six

Des six juin

Voilà qu’je débarque !

 

Des six

Des six juillet

Et rêve de te tricolorer !

 

Des six

Des six août

Pouvoir te fêter Marie …

 

Des six

Des six septembre

Amours monautomnes !

 

 Des six

Des six octobre

Tu me résistes Marie-Octobre !

 

Des six

Des six novembre

Ne pouvoir t’effeuiller…

 

Des six

Des six décembre

N’aurons pas de Nicolas …

 

Des six

Des six janvier

Et puis Fannie non plus…

 

Des six

Des six février

Et pas de Suzette!

 

Des six

Des six mars

Mes giboulées chamboulées …

 

Des six

Des six avril

Et je perds le fil…

 

Des six

Des six mai

Désaimés…

 

…Décimés !

 

Dominique Montalieu

« détourneur de mots »

Inédit 05.2018

 

Posté par Jeff labrit à 10:05 - Commentaires [0] - Permalien [#]

27 avril 2018

Coup de gueule sous forme de billet d'humeur (...our) à l'intention de ce cher PDG de Ryanair our dear O'Leary

(suite à un vol Carcassonne-Porto annulé en phase d'embarquement le 1er avril 2018: ce ne fut pas un poisson mais bien plus, un poison ! ). Si les avions ne décollèrent pas ce jour-là, pourquoi décolèrerions-nous?

Par avance, désolé pour la longueur du texte...

Lettre ouverte (ou fermée* : mais il faudra tout de même l’ouvrir, Monsieur…) à Monsieur O’Leary heureux ( ?) PDG de la florissante société Ryanair                                                                                                                   Privée & confidentielle Bonjour Monsieur O’Leary, Désolé de vous déranger par la voie d’un courrier mais nous ne possédons pas votre numéro de téléphone-ce qui nous aurait permis de vous appeler le dimanche 1er avril (jour de Pâques où seules les cloches volent, les avions de votre compagnie leur laissant complaisamment le ciel entièrement à disposition) afin de vous demander l’autorisation de partir à Porto par une autre compagnie que la vôtre, ce qui n’a pu être le cas et qui nous l’admettons aisément est l’objet de votre courroux fort justifié. Vous nous dites en effet dans votre message du 25 avril «* privé & confidentiel » (oui, on est entre amis, tout cela restera, of course**, entre nous) en réponse à notre demande-nous le concédons éhontée- de remboursement suite à l’annulation, au moment de l’embarquement, de votre vol Carcassonne-Porto FR 7716 : -d’une part, sic : « regretter sincèrement cette annulation due à Strike Action, hors de notre contrôle » : Monsieur O’ Leary, comme nous vous comprenons et vous plaignons de ne pouvoir « contrôler » ces irrespectueux équipages qui refusent on ne sait pourquoi, d’assurer un vol à la dernière minute, risquant de faire perdre beaucoup d’argent à votre compagnie (oui, votre lettre laissant à passer que vous n’êtes pas au courant, nous vous informons que les hôtesses au sol ont eu l’indélicatesse de nous aviser que l’équipage de votre compagnie avaient refusé de poursuivre leur activité ce jour-là ! mais, chuuut, nous ne vous avons rien dit)… Vous poursuivez en nous indiquant sic : « Comme cette annulation était inattendue et donc hors du contrôle de Ryanair, nous sommes au regret de vous informer qu'aucune compensation monétaire n'est due en vertu du règlement européen 261/2004. » : comme nous vous comprenons là encore : ces satanés équipages n’ont pas pris la peine de vous appeler auparavant ; sans doute n’ont-ils pas voulu vous déranger dans vos occupations en ce weekend** pascal…

Vous nous dites encore (merci de prendre sur votre temps précieux, pour nous expliquer tout cela en détail, c’est vraiment trop gentil !) -sic : «  Nos dossiers indiquent que vous avez choisi de ne pas modifier votre vol et demandé le remboursement du vol inutilisé. » Là encore, nous nous inclinons : que diable n’avons-nous pas attendu le vol suivant proposé soit le mercredi 4 avril pour entamer enfin notre semaine à Porto : oui, qu’est-ce que perdre 3 jours/ 6 jours de vacances, laissant ainsi à l’hôtel déjà payé pour l’entier séjour notre chambre à l’abandon pour 3 nuitées ! Et nous n’oserons pas évoquer le véhicule de location réglé lui aussi pour l’entier séjour ! Désolé, décidément, nous abusons, oui, vraiment, allons, soyons fair-play** !

Vous poursuivez : sic : « En conséquence, nous confirmons qu'un remboursement de 268,63 € a été effectué en utilisant le mode de paiement original utilisé pour la réservation. Votre banque peut prendre de 5 à 7 jours ouvrables pour traiter ce montant de remboursement sur votre compte. » Vous avez entièrement raison, ces banques-qui veulent, elles, toujours faire plus de profit, - abusent vraiment !!!

-D’autre part vous nous dites aussi : sic : « Nous ferons toujours les meilleurs efforts pour vous accueillir sur un autre vol Ryanair. Ah ! Qu’apprécierions-nous le plaisir d’un tel vol en «  pareille compagnie » ! Vous nous mettez vraiment l’eau à la bouche… Toutefois, si vous choisissez d'acheter un vol avec une autre compagnie aérienne, sans accord préalable avec Ryanair, cela pourrait vous empêcher de récupérer le coût de ce billet auprès de nous. » Ah ! Nous y revoilà…Il nous faudra donc encore prendre le risque de vous déranger en vous appelant ? Sauf votre respect, c’est peut-être ce que vous avez voulu mettre en place il y a quelques années en annonçant que les passagers qui n’auraient pas pris le temps de se soulager avant le départ-les goujats !- devraient lever le doigt et bourse délier pour accéder aux WC de vos avions (enfin, du moins pour ceux que vos pilotes les plus respectueux auront eu la délicatesse d’embarquer…) ?

Vous poursuivez, très gentleman** en déplorant : sic « Dans ce cas, puisque vous avez choisi d'accepter un remboursement, nous regrettons que nous ne soyons pas responsables de toute autre dépense encourue. » Comme nous vous comprenons, mais ne vous excusez pas, tout est de notre faute et nous vous prions d’accepter nos propres excuses pour le dérangement causé : sûr, vous devez avoir d’autres chats à fouetter plutôt que de passer votre temps avec de tels pleureurs que nous sommes !

Et vous concluez, péremptoire, mais qui pourrez-vous le reprocher tant nous sommes dans notre tort ! Sic : « Nous espérons que ce qui précède a clarifié la question à cet égard.

Cordialement, » Mais bien sûr !

Ah ! Mais sommes-nous bête, la lettre n’est pas signée Monsieur O’Leary !!! Mais sans doute encore par un de vos salariés aussi peu discipliné que vos pilotes- ! Alors, et afin de ne pas troubler plus avant votre quiétude mais aussi le travail que vous semblez avoir encore à poursuivre afin que vos salariés-sans doute ignorants du bonheur qu’ils ont de travailler avec vous- soient plus disciplinés, nous laisserons le soin à notre avocat de répondre à cet audacieux auteur de la lettre qui semble avoir pris tant de liberté avec vos directives tant nous vous savons vouloir le bien-être & le bonheur des clients de votre compagnie.

Cordialement

Clarisse &Dominique Montalieu

** Nous espérons que vous nous pardonnerez ces apartés dans la langue de Shakespeare : en effet, nous ne voudrions pas vous froisser puisque notre volonté était-pour l’ensemble de notre lettre, de nous mettre au diapason de l’auteur indiscipliné de Ryanair, lequel nous a répondu dans votre langue à notre courrier écrit dans la langue de Molière.

Posté par Jeff labrit à 10:24 - Commentaires [0] - Permalien [#]